Se déplacer en voiture

Introduction

Se déplacer en voiture fait aujourd’hui partie de ce que nous considérons comme notre liberté la plus élémentaire. Rien n’est plus facile que de s’asseoir confortablement au volant de son véhicule et filer au gré de ses humeurs. Les fabricants nous réalisent de merveilleux cocons toujours plus spacieux, plus luxueux qui rivalisent même franchement avec nos salons incluant une bonne sono, l’apparition des écrans de télé, une chaleur ou une fraîcheur que l’on module selon ses envies,…Les seules hésitations viennent des embouteillages de plus en plus nombreux (32 millions de voitures pour la France !) et du prix du carburant qui ne cesse de s’élever. Sinon, c’est  sans le moindre état d’âme que nous allumons le contact et ouvrons ainsi direct la vanne à CO2 qui vient s’ajouter aux gaz à effet de serre provoquant le réchauffement climatique.

Connaissant l’origine du mal, il doit être aisé d’y remédier….Hélas non, la voiture est devenue essentielle dans notre société ultra active. La balle est dans le camp des industriels ; à eux de nous trouver un carburant non polluant, mais nous, renoncer à  notre automobile, jamais !

A notre décharge, il est vrai que professionnellement déjà, la mobilité s’impose ; tous les français ne vivent pas en centre ville à deux pas de leur emploi et des commerces…et pourtant il est primordial de commencer dès maintenant à regarder notre véhicule comme un véritable objet de luxe et d’en analyser réellement les besoins.

Privilégier les transports collectifs et le co-voiturage

Habiter en ville présente au moins l’avantage  de proposer toute sa palette de transports en commun : bus, tramway, train, métro…Avec un peu d’organisation, la prévision de ses horaires, on devient gagnant à tous les plans : fini le stress  de la conduite (ce moment où nous oublions toutes les bonnes manières inculquées par nos parents !), des embouteillages, de l’interrogation d’arriver à se parquer si possible gratuitement et à proximité…  

Pour les petits trajets, la marche, le vélo ou en en derniers recours le scooter s’imposent ; n’oublions pas que c’est à froid que le moteur consomme le plus, 50% de surconsommation pour le premier kilomètre, 25% pour le deuxième. Et pourtant, 4 trajets sur 10 ne dépassent pas 2 Km !

Pour des distances plus longues on peut envisager le co-voiturage qui , certes fait perdre un peu de son intimité, mais vous assure aussi de la compagnie et surtout un partage des frais. En milieu rural, là où la voiture semble pourtant indispensable, il a déjà fait ses preuves. Pour partir en vacances, on peut aussi réapprendre à voyager différemment, profiter des offres de la SNCF : le transit des bagages et des vélos, ou louer un véhicule sur place ponctuellement.  Surtout éviter l’avion!!!

 L’avion est un transport collectif ; a-t-il droit à ce titre à toutes les éloges ?….Pas vraiment, quand on réalise son impact désastreux sur l’environnement. Les consommations de carburant sont maximales au décollage et à l’atterrissage, alors pourquoi autoriser des vols intérieurs qui ne font gagner aucun temps à l’heure du TGV ?….A titre d’exemple, un vol Paris-New york émet presque autant de CO2 que les trajets routiers de l’ensemble de ses passagers au cours d’une année , de plus les émissions ayant lieu en altitude, ses effets sont deux à quatre fois supérieurs ! Sur les nouvelles brochures de voyages promo, il devrait être indispensable d’avoir l’émission de CO2 dégagé, à côté du prix défiant toute concurrence, juste pour nous aider à relativiser un peu….
On peut toutefois se réjouir que les 2 principaux constructeurs travaillent d’arrache pied sur une moindre consommation des appareils.Cependant ces efforts ne compenseront jamais le développement actuel du trafic et surtout ce moyen de transport, malgré le progrès technologique, restera toujours le plus polluant.

L’Automobile

Acheter un véhicule « propre » ou presque!
Compte tenu des performances techniques 2006, ci-après les émissions de CO2 à ne pas dépasser:

– Citadines: 120g/km
– Berline:  140g/km
– Monospace si vous avez 3 enfants et plus:  170g
Essayer d’oublier 4*4 et autres voitures de sport

Si vous dépassez les normes ci-dessus vous avez 10 ans pour bien faire… changer votre véhicule.
Changer son véhicule pour…
La consommation de carburant, les émissions de CO2, le volume, le poids de sa voiture doivent en priorité nous influencer.  Ainsi les 4×4 n’auraient plus droit de cité à quelques exceptions près. L’engouement des monospasces se réduiraient au profit des breaks. Les boîtes de vitesse redeviendraient manuelles (les boîtes automatiques entraînent une nette  surconsommation).

Concernant le carburant, le diesel rejette moins de CO2 que le moteur à essence, mais plus de polluants locaux (particules et oxydes d’azotes entre autres). On privilégie donc le diesel pour les routières et les essences pour les urbaines. A l’achat d’un diesel, il faut néanmoins toujours s’assurer qu’il est équipé d’un filtre à particules, parfois en options lors de promotions.

 x-Les biocarburants ne portent pas la solution tant espérée ; même si ils divisent par deux environ les émissions de CO2 au km, leur production à grande échelle reste un problème : agriculture intensive, polluante, énergivore, mobilisation massive de terres cultivables,…
x-Les carburants alternatifs (gaz ou électricité) n’apportent pas non plus la solution. Présentés comme « propres », ils ont malgré tout un impact environnemental non négligeable. Les véhicules au GPL ( mélange de propane et de butane) émettent à peu près autant de CO2 que les diesels mais beaucoup moins de polluants locaux ; ils sont par contre économiques.
x-Les véhicules électriques rassemblent de nombreux avantages : silencieux, non polluants, durables, simples d’entretien,…Ils souffrent d’une autonomie très limitée, 50 à 100 km pour plusieurs heures de recharge de batterie. Si, d’aventures , de nouveaux modèles plus autonomes voyaient le jour, il faudrait bien se poser la question de la production électrique pour les recharger proprement…

Les principaux facteurs de consommation énergétique

Les caractéristiques de votre véhicule

– le poids et la vitesse: E= M*C²  E= énergie, M= masse, C²=célérité au carré (vitesse – effet exponentiel)
Ce qui signifie : évitons de dépasser 90km/h et respectons les limitations de vitesse, évitons les 4×4 et autres grosses berlines lourdes ainsi que les moteurs 6 cylindres et plus. Non contents d’être plus gloutons sur route ces véhicules ont en plus une très lourde facture énergétique à la fabrication (davantage de matières premières, usines spécifiques…).

– le coefficient de pénétration dans l’air (CX): plus votre véhicule sera volumineux et/ou avec une forte prise au vent, plus élevée sera votre consommation. Eviter encore une fois les 4×4  et  autres monospaces (préférez un break pour les familles nombreuses). Retenez un véhicule effilé, la Toyota PRIUS est un exemple de haute performance en la matière.

La conduite

Organisons nos déplacements :  rassemblons tout ce que nous avons à faire en un point ou à  proximité, évitons au maximum les bouchons (la consommation double !) et les places de parking aléatoires. Au volant, la courtoisie est une qualité écologique : de la souplesse, de l’anticipation lors des freinages, des accélérations progressives sans forcer les vitesses,… alors que la conduite agressive (rapide et nerveuse) augmente la consommation de 30 à 40% (accélérations nerveuses, freinages brusques, surrégime du moteur,…). Lors d’un arrêt supérieur à 30 secondes (feu rouge, embouteillage,…) il est préférable de couper le moteur .

 Les accessoires

Chaîne hi-fi disproportionnée, tous les appareils branchés sur l’allume-cigare (chargeur de téléphone, glacière, jeu électronique, mini-TV…). Tous contribuent à une surconsommation de carburant.

  La climatisation

La climatisation est devenue indispensable et tellement facile. De ce fait, on oublie les précautions élémentaires telles que stationner de préférence à l’ombre, utiliser des pare-soleil, aérer l’habitacle avant d’y monter… On peut définir deux défauts majeurs de la clim :

Elle est un gouffre à carburant (en ville, elle engendre jusqu’à 35% de surconsommation) ; il faudrait donc la réserver pour les longs trajets, lorsque vous transporter vos enfants mais surtout lorsqu’elle est vraiment nécessaire. Ne laisser pas fonctionner votre clim l’hiver en compensant par le chauffage à fond… (aberration). Vérifiez qu’elle ne s’enclenche pas automatiquement lorsque vous dirigez votre ventilation sur votre parebrise (en série sur certains modèles comme la Ford Focus). Enfin, fermez les fenêtres lorsqu’elle fonctionne.

Deuxièmement, les fluides de refroidissement (liquides frigorigènes)  sont extrêmement nocifs (1300 fois plus par molécule que le CO2).Les vidanges, recharges et autres manipulations des systèmes de climatisation libèrent ces particules, alors n’y touchez pas. Et après ?….il n’existe encore aucune obligation de récupération pour ces produits ! En 2007 seulement,  tous les véhicules hors d’usage devront être confiés à des démolisseurs agréés, en vue d’un traitement et d’un recyclage convenables avant broyage.

L’entretien

L’entretien de son véhicule fait aussi partie des gestes écologiques. L’huile de vidange (dangereuse de par son caractère hautement cancérigène), les liquides de refroidissement, les pneus, les pare-brise, les batteries…doivent être recyclées. Ceux qui préfèrent le faire eux-mêmes se doivent de porter ensuite huile, filtres, chiffons salis en déchetterie. Le lavage aussi est important. Les particules polluantes (des hydrocarbures) accumulées sur la carrosserie se trouvent balayées à la première pluie et se retrouvent dans les rivières ! Il est impératif de laver sa voiture au dessus d’un bac de décantation et d’un système de séparation des hydrocarbures.  Il faut de plus largement privilégier le lavage haute pression, le plus économe en eau, par rapport au rouleau ou au jet.

Les 4×4 Hybrides et/ou dits verts

Pour information: la plupart des 4×4 dépassent 185g d’émission de CO2 en atteignant des sommets pour les plus luxueux (>240g) et encore plus si vous êtes englués dans les bouchons. Le choix de son véhicule devrait dorénavant prendre en compte avant tout le facteur climat.

L’appellation  » 4×4  verts » ,selon notre point de vue, tient du véritable mensonge. La mention verte appartient aux produits et systèmes non polluants. Les fabricants automobiles négligent le surcoût énergétique de tels véhicules lors de la fabrication ainsi que leur besoin intrinsèque énergétique plus important (poids élevé, forte prise au vent, motorisation surdimensionnée). En effet, les constructeurs considèrent  que ces surcoûts sont compensés par la haute performance des moteurs.

Notre réponse:

Comparons ce qui est comparable; un 4×4 doté de la technologie hybride doit être comparé avec un véhicule de même technologie. Un 4×4 hybride émet 80 % de CO2 de plus que la familiale Toyota PRIUS et de toute façon bien plus que les familiales économes du marché.

Si notre activité ou notre situation géographique ne nécessitent pas l’utilisation d’un véhicule 4×4, nous nous devons pour nos enfants de nous priver de ce luxe. Dès l’instant où nos revenus sont confortables nous avons même le devoir d’investir dans des systèmes à haute performance.
En achetant une PRIUS (26.000€) – pour ceux qui en ont les moyens – vous réaliser une bonne action tout en conservant le confort  et la sécurité (5* au test euroNcap).

« Compensé carbone »

si vous désespérez de ne pas trouver de véhicule « propre », si vous êtes obligés de faire de la route quotidiennement pour raisons professionnelles ou autres, tout n’est pas perdu pour autant, vous pouvez encore activement intervenir sur le réchauffement climatique par le principe du « compensé carbone ». C’est simple:

* vous émettez du CO2 (trajet voiture , voyage avion,…),
* ce CO2 a une valeur, un coût environnemental,
* la somme calculée puis versée à l’organisme adapté permet de financer un projet de développement,
* ce projet va économiser du CO2 au Sud et aider des populations défavorisées!

Bien pensé, non?….Il ne vous reste plus qu’un petit calcul à effectuer, que vous pouvez faire sur le site: http://www.co2solidaire.org/fr/calculsCO2/voiture.php

Préambule: Politique et environnement
Quelques idées politiques