Environnement : que faire des déchets métalliques ?

déchets métalliques

Les métaux sont tout autour de nous et se retrouvent sous plusieurs formes. Selon la Federec (Fédération professionnelle des entreprises du recyclage), la France recycle environ, en acier, 1 200 Tours Eiffel chaque année. Cela dit, des millions de déchets ferreux supplémentaires encombrent la Terre. Fort heureusement, outre le papier, les métaux sont des matériaux recyclables. Par ailleurs, de plus en plus de matières sont recyclées afin de contribuer à la conception de nouveaux objets tout en conservant l’environnement.

L’aluminium et l’acier : les deux métaux les plus concernés

La réutilisation des métaux est la bienvenue lorsqu’on connaît l’état des réserves de minerais :

  • 17 ans de réserves d’étain
  • 40 ans de réserves de cuivre au rythme d’extraction actuel

Recycler des déchets métalliques permet également d’économiser de l’énergie, puisque le traitement du minerai brut nécessite l’usage de courants électriques très importants afin de séparer le métal de l’oxygène qu’il contient. En outre, une canette peut mettre 50 ans pour se décomposer. La recycler évite de la laisser rouiller n’importe où.

Des entreprises comme tri-logic.fr sont spécialisées dans des domaines singuliers : automobile, plastiques, déchets fûts et boîtes métalliques, déchets organiques, déchets industriels, cartons… Petites et grandes entreprises peuvent désormais réaliser d’importantes économies de main-d’œuvre, de temps et de ressources.

Généralement, tous les métaux sont recyclables à 100 %, mais à cause de leur usage à envergure mondiale, l’acier et l’aluminium sont les plus concernés. Du fait de leur utilisation considérable dans notre vie quotidienne, il existe actuellement plusieurs infrastructures afin de recycler ces métaux en particulier.

Mais, quels qu’ils soient, le grand avantage des différents métaux est leur capacité à préserver leurs propriétés initiales, et ce, qu’importe le nombre de réutilisation.

Les différentes étapes de l’opération

Le traitement des déchets commence par le tri de la part des foyers ou encore des entreprises.

Ils sont ensuite acheminés vers des centres de tri (déchetterie pour tout objet contenant du métal ou centre VHU pour les véhicules hors d’usage) où les métaux sont triés par catégories (ferreux ou pas). Comme les centres sont magnétiques, les métaux ferreux et non sont séparés de manière automatique.

Après ce premier tri, les métaux sont nettoyés, broyés, découpés et compactés. Après le broyage, ils passent dans un four à basse température pour éliminer les vernis, les étiquettes, les laques ou encore les impuretés. Ainsi, ils se transforment en matière première. L’aluminium prend la forme de lingots ou de plaques, alors que l’acier prend celle de bobines, de plaques, de fils ou de barres.

Que deviennent les déchets métalliques ?

Une fois, des entreprises spécialisées viennent reconditionner les métaux en nouveaux produits finis. On peut par exemple métamorphoser l’acier en d’autres produits comme des boîtes de conserve, des chariots de supermarché, des trombones, des canettes, des armatures pour béton, des clefs, etc. L’aluminium recyclé peut être utilisé dans la conception de trottinettes et de vélos, d’ustensiles de cuisine, de bombes aérosols, de pièces automobiles, de portes et de fenêtres, de barquettes…

Pour la préservation de l’environnement

La gestion de la fin de vie des déchets est caractérisée par deux principes : le recyclage et la réduction. Comme il est dit plus tôt, le premier consiste à collecter, trier et traiter les métaux pour leur donner une seconde vie en tant que matière première. La réduction, quant à elle, consiste à réduire la production pour réduire les potentiels déchets et conserver les ressources naturelles en évitant l’extraction de la matière première.

Effectivement, la plupart des métaux mettent plusieurs décennies à se désagréger, voire plusieurs siècles. Laissé dans la nature, l’acier rouille et disparaît après 5 à 10 ans. L’aluminium, en revanche, ne disparaît qu’après deux siècles.

Réutiliser les métaux permet donc de minimiser le volume de déchets dans la nature et de minimiser la pollution, ce qui permet de conserver l’environnement. En 2018, cela a permis d’empêcher le rejet de 22,5 millions de tonnes de CO2.

Qu’en est-il des réglementations ?

Selon la politique de recyclage, tout producteur et détenteur de déchets générant pas moins de 1 100 litres par semaine de déchets doit trier les métaux, les cartons et papiers, les bois, les verres et les plastiques. Les industries, la grande distribution, les garages, les technologies de la communication et de l’information doivent participer à la réutilisation des métaux. Les boîtes de conserve, les canettes en aluminium ou en métal, les bidons en fer vide, les bombes aérosol, les boîtes métalliques, les appareils électroniques contenant des métaux rares et les ferrailles peuvent très bien être récupérés. Les papiers en aluminium, en revanche, ne peuvent pas être recyclés.


Suivre une formation pour obtenir un bachelor développement durable
Qu’est-ce qu’on peut faire avec les déchets ?